11 considérations
pour diminuer sa médication
en réduisant les risques

escargot.png
009-note.png
006-users.png
004-rest-time.png
002-conversation.png
001-exercise.png
medicament.png
003-list.png
oreilles.png
007-fingerprint-scan.png
008-kindness.png

Vas-y doucement!

Il n’est jamais conseillé d’arrêter brusquement la médication parce que ça peut provoquer des graves répercussions sur la santé physique et psychologique (effets de sevrage) pouvant même mener à une hospitalisation, voire même des conséquences plus graves. 

Préparation, préparation, préparation

Le sevrage est un processus très délicat et exigeant qui demande une très bonne préparation physique, mentale et sociale. La majorité des personnes ayant réussi une diminution ou un sevrage de psychotropes insistent sur le fait que s'informer et bien se préparer au préalable s'avèrent déterminants.  Voir la rubrique S’observer et se connaître du guide GAM (p. 41) et la rubrique Les Alternatives du site pour en savoir davantage sur les stratégies de mieux-être et les bonifier, avant d’entreprendre toute modification à la médication.

 

S'informer

Il est indispensable de bien s'informer pour pouvoir prendre une décision libre et éclairée sur les médicaments psychotropes, y compris sur leur diminution ou leur sevrage. De plus, une meilleure connaissance du langage associé à la médication te permettra de discuter d'égal à égal avec les professionnels de la santé et de sensibiliser ton entourage à tes besoins. 

Choisir le bon moment

Le stress a un impact direct sur les effets de sevrage qui peuvent être houleux, déstabilisants et intenses. Il est donc crucial de choisir une période de sa vie relativement stable et sans grand remous pour entreprendre une diminution de la médication. 

Accompagnement

Il vaut toujours mieux entreprendre une démarche de sevrage avec l’accompagnement de son médecin. La participation à un groupe d’entraide et un soutien psychosocial sont aussi des atouts très précieux. Voir la section Bien s'entourer

Graduellement, pour respecter le rythme de son corps

Tous les psychotropes créent une dépendance. C’est donc important de diminuer graduellement les doses pour atténuer les effets de sevrage. Voir la page suivante, Approches de diminution.

 

Un médicament à la fois

Si l’on prend plusieurs psychotropes, il est judicieux de diminuer un médicament à la fois et de vérifier auprès du médecin et du pharmacien par lequel commencer. Il est important de noter que si vous consommez des drogues ou de l’alcool, cela peut aussi affecter votre sevrage de médicaments psychotropes.

 

Période d'adaptation à chaque étape

C’est important de prendre le temps de s’adapter à chaque nouvelle dose et de prendre le pouls de la situation avant de procéder à un autre changement s'il y a lieu. 

 

S'écouter, s'écouter, s'écouter

Être à l’écoute de soi et attentif à son corps revêt la plus grande importance en temps de sevrage. C’est ce qui te permet de distinguer les effets ressentis et de décider du rythme subséquent de la diminution de la médication. Le journal de sevrage est un outil qui pourra t'aider à cet égard.

 

Unique comme toi

Chaque processus de réduction de médication est unique. Il peut dépendre de nombreux facteurs tels que: ta situation de vie, le nombre de médicaments que tu prends, depuis combien de temps tu les prends, la dose des médicaments, ton métabolisme, ton âge, ton sexe, tes problèmes de santé, etc. 

Sois bienveillant avec toi

Il est important d’être bienveillant avec toi-même tout au long du processus de diminution ou de sevrage. Cela implique entre autres de reconnaître les efforts que tu fais et d’accepter que le sevrage pourrait ne pas se passer comme tu l’aurais cru ou prévu. Retourner à une dose antérieure n’est surtout pas un échec! Garde à l'esprit que chaque étape de diminution est un apprentissage pour mieux comprendre et soutenir les étapes subséquentes de ton sevrage.