médicaments / anxiolytiques 

Anxiolytiques

Que sont les anxiolytiques?

Il existe plusieurs catégories d’anxiolytiques, appelés également tranquillisants, qui sont prescrits pour soulager certains symptômes, sans qu’un diagnostic soit posé sur leurs causes :

 

Les benzodiazépines, selon leur dosage, ont des propriétés différentes :

–  à dose forte : utilisées comme anticonvulsivants. 

–  à dose moyenne : utilisées comme hypnotiques (ou somnifères)

–  à dose faible : utilisées comme anxiolytiques (ou tranquillisants)

 

Après plus de 4 semaines, une accoutumance au produit peut entraîner une augmentation des doses pour obtenir le même effet et une grande dépendance s’installe. De plus, son sevrage est très difficile.

Indications

 

Problèmes de santé physique

  • Insomnie causée par la maladie physique

  • (douleur, inconfort)

  • Akathisie (envie de bouger irrépressible causée par l’emploi des antipsychotiques)

  • Convulsions ou épilepsie

  • Syndrome des jambes sans repos

 

Problèmes de santé mentale

  • Insomnie (hypnotique)

  • Troubles anxieux

  • Crise de panique

  • Stress temporaires (comme un deuil)

  • Anxiété et appréhension avant les opérations

  • Agitation et agressivité

  • Sevrage de l’alcool

 

Enfants

(À utiliser en dernier recours)

  • Troubles anxieux (chez les plus de 6 ans)

  • Terreurs nocturnes, somnambulisme

  • Anxiété de séparation (d’avec la mère)

Contre-indications

 

Problèmes de santé physique

  • Traumatisme crânien

  • Problèmes de foie

  • Problèmes de reins

  • Maladie pulmonaire obstructive chronique

  • Apnée du sommeil

  • Allergie aux benzodiazépines

  • Chez les enfants agressifs ou impulsifs : (aggrave la situation)

 

Personnes aînées

  • Doses plus faibles que les adultes

  • Donner des benzodiazépines à courte durée pour éviter les risques d’accumulation

 

Grossesse et allaitement

  • S’abstenir pendant la grossesse et l’allaitement

 

Problèmes de santé mentale

  • Alcoolisme (sauf pour sevrage)

  • Toxicomanie

  • Attention si trouble de la personnalité limite

 

Emplois

  • Opération de machinerie lourde

  • Tâches dangereuses

  • Concentration intense et soutenue

Dépendance et symptômes de sevrage

Les médicaments psychotropes agissent dans le cerveau tout comme dans le reste du corps; et comme nous l’avons vu, chaque personne réagit différemment. C’est la même chose concernant le sevrage ; le métabolisme de la personne, le type de médicament, la dose ainsi que la durée de la prise et sa demi-vie, expliquent que les effets de sevrage sont variés. Nous avons répertorié les symptômes de sevrage potentiels et principaux de chaque classe de médicaments psychotropes. Cette liste est incomplète, car tous les effets de sevrage ne sont pas recensés; de plus, les connaissances évoluent rapidement dans ce domaine. Une personne peut n’avoir aucun symptôme de sevrage ou en ressentir un seul, quelques-uns ou même beaucoup. Le parcours de réduction de médicaments est spécifique à chaque personne, tout comme chaque démarche est unique. Par exemple, une personne peut entreprendre à deux reprises de réduire le même médicament à la même dose et les effets seront différents. La réduction graduelle, comme enlever 10  % de la dose par semaine/mois, réduit la fréquence ou l’intensité des symptômes de sevrage et l’incidence des rechutes rapides. Il est très important d’entreprendre cette démarche avec la collaboration de son médecin. Le pharmacien aussi joue un rôle clé et peut fournir des conseils pour contrôler les effets de sevrage pour chaque médicament. La plupart des personnes qui auront des symptômes de sevrage les toléreront sans problème pour la courte durée de ceux-ci.

Symptômes de sevrage communs et fréquents pour toutes les classes: anxiété, nervosité, agitation, problèmes de sommeil, plus grand besoin de se reposer, de dormir,  irritabilité,  fatigue.

 

Symptômes de sevrage pour les anxiolytiques:

Les benzodiazépines (BZD) ont un potentiel d’abus relativement important et peuvent provoquer de la dépendance psychologique et physique avec syndrome de sevrage lors d’un arrêt brusque.

Les symptômes de sevrage des BZD peuvent apparaître dès les premiers jours (lorazépam, alprazolam, oxazépam et témazépam) ou après plusieurs jours (flurazépam, diazépam et clonazépam). Ils peuvent durer de une à trois semaines, mais parfois jusqu’à trois mois.

Attention! Une diminution brutale des benzodiazépines peut être particulièrement dangereuse. 

 

Recommandation : PATIENCE, l’intensité des symptômes diminue avec le temps.

Principaux symptômes de sevrage de nature psychologique :

  • Anxiété

  • Insomnie

  • Panique

  • Irritabilité, agressivité

  • Agitation

  • Confusion

  • Troubles de la mémoire

  • Difficultés de concentration

  • Dépression

  • Délire ou hallucinations (si les doses étaient très fortes et prises depuis longtemps)

  • Dépersonnalisation

 

Principaux symptômes de sevrage de nature physique :

  • Rigidité musculaire

  • Faiblesse

Effets semblables à ceux de la grippe :

  • Céphalées (maux de tête)

  • Sudation

  • Fatigue

  • Malaise général

  • Douleurs musculaires

  • Diarrhée

  • Étourdissements, vertiges

  • Tics

  • Perte d’appétit

  • Perte de poids

  • Tremblements

  • Nausées

  • Palpitations

  • Tachycardie

  • Hypertension

  • Cauchemars, rêves

  • Hypersensibilité des sens (lumière, bruits, odeurs, etc.)

  • Convulsions (si les doses étaient très fortes et prises depuis longtemps)

Interactions médicamenteuses

Médicaments psychiatriques

Peuvent causer un excès de somnolence

  • Lithium

  • Antipsychotiques

  • Anticonvulsivants (surtout carbamazépine)

  • Antidépresseurs (surtout fluoxétine [Prozac] et fluvoxamine [Luvox])

  • Drogues sédatives (GHB, marijuana)

 

Autres médicaments

Peuvent causer un excès de somnolence

  • Antihistaminiques

  • Dérivés de la morphine

  • Médicaments pour abaisser la tension artérielle (surtout diltiazem et verapamil)

  • Antibiotiques : fluconazole, clarithromycine

 

Peuvent diminuer l’efficacité de la benzodiazépine

  • Traitement de la tuberculose (Rifampin)

  • Pilule contraceptive

  • Antiacides

  • Cigarettes

 

Alcool

Peut causer un excès de somnolence

Effets secondaires (fonctionnement intellectuel et moteur)

Ils dépendent du dosage et de la durée du traitement, du métabolisme de l’individu et du contexte dans lequel il vit.

 

Tête

  • Problèmes de mémoire et de fonctionnement intellectuel

  • Diminution de la perception visuelle et de la vigilance

  • Amnésie antérograde, perte de mémoire des événements dès qu’ils se sont produits (surtout Xanax et Halcion)

 

Membres

  • Manque de coordination physique

  • Diminution des réflexes

  • Ataxie

  • Dyskinésie

 

Sommeil

  • Somnolence

  • Difficulté à se réveiller le matin

Effets secondaires (humeur)

Ils dépendent du dosage et de la durée du traitement, du métabolisme de l’individu et du contexte dans lequel il vit.

  • Effet paradoxal : anxiété, rêves vivides (qui ont l’air réel, qui laissent une forte impression), hypersexualité, hyperactivité, irritabilité, rage ou violence, idéation autodestructrice (fréquent chez les individus qui ont déjà une désinhibition du comportement : patients âgés confus, enfants perturbateurs, trouble de la personnalité limite et antisociale, maladie neurologique.)

  • Dépression

  • Paranoïa

Autres effets secondaires

Ils dépendent du dosage et de la durée du traitement, du métabolisme de l’individu et du contexte dans lequel il vit.

 

Tête

  • Étourdissements

  • Sensation de légèreté dans la tête

  • Maux de tête

  • Sécheresse dans la bouche

  • Confusion

  • Goût amer

  • Vertiges

 

Membres

  • Douleurs dans les articulation

 

Cœur

  • Douleurs à la poitrine

 

Abdomen

  • Constipation

  • Diarrhées

  • Incontinence urinaire

  • Nausées

 

Sexualité

  • Modification du cycle des menstruations

  • Diminution de l’appétit sexuel

 

Poids

  • Gain de poids

  • Augmentation de l’appétit

 

Rebond de l’insomnie

Il se produit après quelques jours ou quelques semaines de traitement. Nécessite une augmentation de la dose ou un traitement de la cause de l’insomnie.