Alternatives: CORPS

Tu trouveras dans cette section des ressources et des témoignages en lien avec le corps. 

Quand on parle de santé mentale, on a parfois tendance à oublier le corps, comme si on  pouvait distinguer le corps et l’esprit. Pourtant, que l’on pense à la santé  physique ou mentale, il existe des liens importants entre les deux. Comme le dit si bien la formule de Bassel Van der Kolk au sujet des traumas, «le corps n’oublie rien», et les émotions ont souvent tendance à laisser leurs empreintes dans le corps. C’est pourquoi les approches corporelles peuvent être une bonne alternative comme réponse à la détresse, dans des situations où les mots ne suffisent pas. L’enjeu même du sevrage des médicaments psychiatriques montre l’importance du corps : arrêter un médicament, c’est être confronté à des symptômes souvent physiques, mais c’est aussi laisser le temps au corps (et au cerveau) de s’adapter à la vie sans médicament. Acupuncture, yoga, alimentation, sport, sont autant de moyens de se faire du bien et qui rappelle l’importance de prendre en considération que le corps a toute sa place dans une démarche de mieux-être. 

 

AU SUJET DE L'ALIMENTATION

7 clés pour une bonne santé par l’alimentation

La nutrition et la santé mentale dans tous les sens, Priscillia Ross, Dt. P

Dépression : 9 façons dont l'alimentation influence le risque et les symptômes

La révolution nutrition. Anxiété, dépression, sommeil, Uma Naidoo

Plantes médicinales et compléments pour la santé mentale : nouvelles recommandations

AU SUJET DE L'EXERCICE

Un peu d’exercice pour de grands bienfaits

L'exercice pour le traitement de l'anxiété ?

Medication-Pas.png

L'approche NADA en Acupuncture

Le protocole NADA est un protocole de cinq points d'acupuncture auriculaire. L’approche NADA (National Acupuncture Detoxification Association) est un protocole de cinq points d’acupuncture auriculaire faisant l’objet de résultats probants pour la santé mentale. Utilisé depuis près de 50 ans, il existe aujourd’hui environ 3 000 programmes NADA à travers le monde. Généralement intégrés en santé mentale et en gestion des dépendances ce protocole est aussi utilisé comme complément thérapeutique pour la gestion de la douleur, en santé comportementale pour le trouble de stress post-traumatique et dans les traitements contre le cancer.

Le traitement permet de rééquilibrer l’énergie du corps, aide à restaurer le calme intérieur, tout en améliorant la vitalité. Il a démontré son efficacité clinique dans le traitement des syndromes de stress post-traumatique, puis en santé mentale, dans la gestion de l'anxiété, du stress, de la dépression ou de troubles du sommeil. Puisqu’il est offert en groupe, dans un mode d’intervention non-verbal, c’est un outil complémentaire à la fois simple, efficace, sécuritaire et peu onéreux.

Depuis l’automne 2021, le RRASMQ et l’Association des acupuncteurs du Québec mène un projet pilote d’expérimentation de clinique NADA dans certaines ressources alternatives. Une clinique NADA est également ouverte au Collège de Rosemont à Montréal.

«J’avais l’attente d’améliorer mon sommeil pour pouvoir poursuivre mon projet de diminution de médication. J’ai assisté à 9 séances. J’ai eu vraiment beaucoup de bienfaits qui sont allés au-delà de ce que je m’attendais. Mon sommeil était vraiment profond, avec des rêves nourrissants et de l’information que je pouvais chercher au niveau de mes rêves. » (Sylvie)

«Il faut savoir que je suis actuellement en sevrage et que j’ai donc des symptômes divers tels que constipation, démangeaisons, sécheresse corporelle et visuelle, vision floue, perte de vision, prise de poids sévère, et bien d’autres effets qu’il serait trop long d’énumérer. Les traitements NADA m’aident à passer au travers de ces effets, et à me les rendre plus tolérables. J’avais aussi l’impression que je transigeais mieux avec le stress et que j’avais plus facilement du recul par rapport aux choses. » (Marie)

«J’ai de graves problèmes d’insomnie et, franchement, en dedans de 3 sessions, j’ai commencé à voir un effet et à mieux dormir. C’était clair pour moi. Même qu’après quelques semaines de plus, j’ai diminué ma dose de médicament pour dormir. Alors que ça fait des années que je n’ai pas réussi à faire ça!» (Dayna )

 

Pour plus d’information 

 

www.acudetox.com

L’apport de l’acupuncture pour la santé mentale et le traitement des symptômes de sevrage

Découvrez cette entrevue en page 31 avec Clément Courteau, professeur au département d’acupuncture du Collège Rosemont, praticien au Centre de Recherche et d’Aide pour Narcomanes (CRAN) et à la Clinique de médecines alternatives à coût accessible Lajeunesse.

Quelques cliniques d'acupuncture sociale

Clinique d'acupuncture sociale Hochelaga

Acupuncture sociale du Club de loisirs Angus-Bourbonnière

Clinique Lajeunesse

Sevrage et Alimentation

par Novembre Mercier

Dans cet article, je te partage une des clés de mon sevrage réussi : l’alimentation anti-inflammatoire!

 

J’ai fait deux sevrages avec l’aide de mon médecin de famille et de mon psychiatre. 

 

Tu peux imaginer… j’étais tellement heureuse d’avoir ENFIN l’appui de mon équipe médicale! J’ai plongé dans ce premier sevrage sans aucune préparation. Le psychiatre a proposé un plan de réduction des médicaments en trois étapes, sur un an. J’ai dit GO! Malheureusement, à la suite de neuf mois d’effets d’aggravation insupportables, ce sevrage s’est soldé par une reprise de médicaments. 

 

Laisse-moi te dire que le second sevrage, je l’ai fait avec une bonne préparation. Cette fois, j’ai pris trois ans, de la première diminution à l’arrêt complet. Pendant cette période, j’ai consulté différents psychiatres et j’ai lu le livre A Mind of Your Own de la psychiatre holistique, Kelly Brogan MD. Heureusement, ce deuxième sevrage est passé comme une lettre à la poste et s’est soldé par une réussite. Ça fait bientôt 6 ans que je suis stable et sans symptômes.

 

Pour moi, la préparation a fait toute la différence! Sur mon parcours, plusieurs interventions ont joué un rôle important. Cependant, l’alimentation anti-inflammatoire a été une clé majeure. C’est un pouvoir que je peux exercer trois fois par jour dans ma cuisine, sans intervention extérieure! C’est une danse nourrissante entre la nature, mon corps et ma créativité culinaire!

 

Je te partage ici les trois habitudes alimentaires qui ont fait une grande différence dans mon processus de sevrage :

 

Augmenter mon apport en micronutriments (vitamines et minéraux) et en protéines (acides aminés). Mon cerveau et mes neurones ont besoin de beaucoup de soutien nutritionnel pour bien jouer leurs rôles.

  • Donner la priorité (50 à 75% de ton assiette) aux légumes de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel (crus, fermentés et cuits).

  • Varier les sources de protéines (végétales et animales), si possible, consommer du bouillon de poulet maison et du foie biologique.

 

Stabiliser mon sucre sanguin et ma satiété dès mon premier repas. Une glycémie en chute libre déclenche une poussée d'adrénaline qui provoque de l'agitation et un sentiment d'instabilité émotionnelle.

  • Équilibrer les glucides dans mon assiette (pain, bagel, céréales) en donnant une place centrale aux protéines (œuf, viande, légumineuses), aux bons gras (avocat, huile d’olive, huile de noix de coco) et aux aliments riches en fibres (légumes, petits fruits, grains entiers).

 

Diminuer ou retirer les aliments qui provoquent une réaction d'hypersensibilité retardée (IgG). L’hypersensibilité retardée (IgG) est une réponse digestive et immunitaire qui provoque chez certaines personnes des symptômes d’inflammation, notamment au niveau du cerveau et des neurones. Ces symptômes se traduisent par de l’anxiété, de l’hyperactivité, de l’insomnie. Les principales sources de sensibilités alimentaires sont le gluten et la caséine.

  • Diminuer les produits laitiers, car ils contiennent de la caséine.

  • Retirer à 100% les grains qui contiennent du gluten pendant 6 à 18 mois.

 

Ça peut sembler un effort considérable. Pourtant, j’y suis arrivée

 

Je vise la simplicité! Par exemple, je n’ai pas besoin d’acheter des produits sans gluten. Je remplace simplement le pain par des grains sans gluten (riz, quinoa, sarrasin), des légumineuses (pois chiches, fèves, lentilles) et des légumes racines (patates douces, carottes, panais). Il y a plein de recettes sur mon site Internet ici : chefcoachsanteintegrative.com.

 

Avant de commencer un sevrage, prends le temps de soutenir et de préparer ton cerveau et tes neurones avec une bonne alimentation au quotidien. Je te souhaite de tout mon cœur, cette danse nourrissante entre la nature, ton corps et ta créativité culinaire, c’est le meilleur gage d’un solide sentiment de sécurité intérieur!

SMOOTHIE RICHE EN PROTÉINES ET EN BONS GRAS

Adapté de la recette de la psychiatre holistique Kelly Brogan, MD

Portions : 1 à 2

 

30 ml (2 c. à soupe) de collagène + 15 ml (1 c. à soupe) de beurre de noix

OU

45 ml (3 c. à soupe) de graines de chanvre OU de graines de citrouille

 

125 ml (½ tasse) de cerises (fraîches ou congelées) *

3 jaunes d’œufs bio OU ½ avocat

250 ml (1 tasse) de lait végétal OU d’eau

15 ml (1 c. à soupe) de ghee OU d'huile de noix de coco

5 ml (1 c. à thé) de cacao en poudre (optionnel)*

 

  1. Réduire dans un mélangeur, jusqu’à une texture homogène.

 

*Remplacer les cerises par 2 carottes sucrées râpées, remplacer le cacao par des épices (cannelle, gingembre, muscade ou cardamome). Résultat : un smoothie gâteau aux carottes!

 

*Remplacer les cerises par ½ pomme et 125 ml (½ tasse) de bleuets, remplacez le cacao par une pincé de cannelle.

Screen Shot 2022-04-05 at 16.32.50.png

LEXIQUE  

  • Caséine : protéines des produits laitiers.

  • Glucides : forment l'ensemble des sucres présents dans les aliments. Ils comprennent les sucres, l'amidon et les fibres alimentaires.

  • Gluten : protéines du blé, du kamut, de l’épeautre, du seigle et de l’orge.

  • Glycémie (taux de sucre sanguin) : désigne la quantité de glucose (sucre) dans le sang à un moment précis.

  • Immunoglobulines G (IgG) : anticorps qui participent à la défense de l’organisme.

  • Micronutriments : éléments que l'organisme ne sait pas synthétiser à quelques exceptions près. Ils doivent donc être apportés par l'alimentation. Bien qu'ils ne soient nécessaires qu'en très faible quantité, leur rôle est prépondérant dans de nombreux processus physiologiques.

  • Minéraux : magnésium, calcium, fer, cuivre, zinc, sodium, sélénium, ils se retrouvent dans l'alimentation et sont indispensables à l'organisme.

  • Neurone : cellule nerveuse, constituant l'unité fonctionnelle de la base du système nerveux. Rôle : assure la transmission d'un signal bioélectrique appelé influx nerveux.

  • Protéines : longues molécules faites de petits blocs appelés acides aminés. Rôles : réparation et entretien des organes, ralentir le rythme auquel les glucides du sucre et de l’amidon digéré sont envoyés dans le sang.

  • Vitamines : substances organiques, nécessaires au métabolisme d'un organisme vivant, qui ne peuvent être synthétisées en quantité suffisante par l’organisme.

 

 

Novembre Mercier est Chef Coach et Mentor. Elle t'invite dans une exploration personnalisée pour reconquérir la souveraineté de ton corps. Novembre intervient en consultation individuelle et en accompagnement de groupe avec son programme VitaliA. Elle est aussi assistante de recherche et modératrice paire aidante au laboratoire Santé mentale des jeunes et technologies (SMJ-techno) de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas.

 

chefcoachsanteintegrative.com

novembre.mercier@gmail.com

Bibliographie

David R Seaman, L'état pro-inflammatoire induit par l'alimentation : une cause de la douleur chronique et d'autres maladies dégénératives?, (2002), pubmed.gov https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/11986578/

Chieh-Hsin Lee, Fabrizio Giuliani, Le rôle de l'inflammation dans la dépression et la fatigue, (2019), National Library of Medicine https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6658985/

Karin de Punder, Leo Pruimboom,, L'apport alimentaire en blé et autres céréales et leur rôle dans l'inflammation, (2013), National Library of Medicine https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3705319/

Joseph Firth, Nicola Veronese, Jack Cotter, Nitin Shivappa, James R. Hebert, Carolyn Ee, Lee Smith, Brendon Stubbs, Sarah E. Jackson, Jerome Sarris, Quel est le rôle de l'inflammation alimentaire dans la maladie mentale grave?, (2019), National Library of Medicine https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6529779/

Julia Rucklidge, La nutrition comme élément de solution à la crise de la santé mentale, 2018, UC SCIENCE BLOGS https://blogs.canterbury.ac.nz/science/2018/12/01/nutrition-as-part-of-the-solution-to-the-mental-health-crisis/

Joyce Cavaye, Pourquoi la psychiatrie nutritionnelle est l'avenir du traitement de la santé mentale, (2018), The Conversation https://theconversation.com/why-nutritional-psychiatry-is-the-future-of-mental-health-treatment-92545

Dr. Kelly Brogan M.D. (2019) Own Your Self: The Surprising Path beyond Depression, Anxiety, and Fatigue to Reclaiming Your Authenticity, Vitality, and Freedom. Harper Wave.

 

Dr. Kelly Brogan M.D., Kristin Loberg (2016) A Mind of Your Own: The Truth About Depression and How Women Can Heal Their Bodies to Reclaim Their Lives Hay House.

 

Dr. Terry Wahls, M.D. (2014) The Wahls Protocol, How I beat Progressive MS Using Paleo Principles and Fonctional Medecine. Avery Dr.

 

Datis Kharrazian (2013) Why Isn't My Brain Working? A Revolutionary Understanding of Brain Decline and Effective Strategies to Recover Your Brain's Health. Elephant Press

 

Dr. Natasha Campbell-McBride M.D. (2010) Gut and Physiology Syndrome: Natural Treatment for Allergies, Autoimmune Illness, Arthritis, Gut Problems, Fatigue, Hormonal Problems, Neurological Disease and More, Medinform