Régulateurs de l'humeur : analgésique

Contre-indications​

 

Problèmes de santé physique

  • Allergie à la prégabaline (Lyrica) ou à l’un de ses composants ou ingrédients non médicinaux

  • Problèmes rénaux

  • Maladies de cœur

  • Problèmes gastro-intestinaux (constipation, intestin bloqué ou paralysé)

  • Antécédent d’œdème angioneurotique (variété rare d’urticaire)

 

Personnes aînées

  • Le médecin doit toujours prescrire la plus faible dose

  • Surveiller la fonction rénale

 

Grossesse et allaitement

Aucune étude comparative adéquate n’a été menée chez la femme enceinte, donc on ne doit pas utiliser la prégabaline (Lyrica)

 

Enfants et adolescents (-de 18 ans)

Ne pas prescrire aux enfants (sauf en association pour l’épilepsie)

Indications​

 

Problèmes de santé physique

  • Traitement de la douleur neuropathique associée :

> À la douleur des nerfs suite au diabète

> À la douleur cutanée chronique d’un nerf infecté par le virus

du zona

> À la douleur consécutive à une lésion de la moelle épinière

  • Fibromyalgie

  • Alcoolisme

  • Syndrome des jambes sans repos (sensation d’inconfort dans les membres inférieurs. Les personnes atteintes ressentent un besoin irrésistible de bouger les jambes, et parfois les bras, surtout pendant les périodes de repos ou d’attente)

  • Syndrome vasomoteur (bouffées de chaleur, sueurs nocturnes/ménopause)

 

Problèmes de santé mentale

  • Troubles obsessionnels compulsifs

  • Phobies sociales

Interactions médicamenteuses​

 

Gain pondéral plus important avec certains antidiabétiques (thiazolidinediones)

Effets secondaires​

Ils dépendent du dosage et de la durée du traitement, du métabolisme de l’individu et du contexte dans lequel il vit. 

 

Tête

  • Vision trouble

  • Somnolence

  • Étourdissements

  • Sécheresse de la bouche

 

Membres

  • Enflure des extrémités

  • Faiblesse musculaire

 

Sexualité

Atteinte à la fertilité masculine

 

Abdomen

  • Insuffisance rénale

  • Troubles gastro-intestinaux

  • Constipation

 

Poids

Gain de poids

 

Psychologique (surtout au cours des premières semaines)

Comportements et idées suicidaires

 

Autres

  • Rougeurs de la peau

  • Pertes de mémoire

Effets secondaires plus rares

 

Tête

  • Enflure du visage, de la bouche, des lèvres, des gencives, de la langue ou du cou

  • Difficulté à respirer

  • Augmentation de la toux

 

Membres

  • Enflure des extrémités

  • Faiblesse musculaire

 

Autres

  • Fatigue extrême

  • Convulsions

  • Diminution du volume d’urine

 

Surdosage

En cas de surdose, communiquer immédiatement avec un professionnel de la santé, le service des urgences d’un hôpital ou le centre antipoison de la région, même en l’absence de symptômes. Il n’existe pas d’antidote spécifique au Lyrica.

Les moyens utilisés sont le vomissement ou le lavage gastrique.

 

  • Symptômes : trouble affectif, somnolence, confusion mentale, dépression, agitation et instabilité motrice, crises convulsives.

  • Dose oubliée : Prendre la dose suivante au moment habituel. Ne pas compenser en prenant une double dose.

Généralités

Le Lyrica est originellement prescrit pour le traitement de la douleur causée par les lésions nerveuses associées au diabète, pour la fibromyalgie, pour la douleur persistante suivant la guérison des éruptions causées par le zona et pour la douleur causée par une lésion des nerfs dans la moelle épinière. Il a une activité analgésique, antiépileptique et anxiolytique. Le Lyrica est excrété principalement par voie rénale. Il faut donc être extrêmement prudent sur le dosage et exercer une grande surveillance en ce qui concerne le fonctionnement des reins.

Symptômes de sevrage

Les médicaments psychotropes agissent dans le cerveau tout comme dans le reste du corps; et comme nous l’avons vu, chaque personne réagit différemment. C’est la même chose concernant le sevrage ; le métabolisme de la personne, le type de médicament, la dose ainsi que la durée de la prise et sa demi-vie, expliquent que les effets de sevrage sont variés. Nous avons répertorié les symptômes de sevrage potentiels et principaux de chaque classe de médicaments psychotropes. Cette liste est incomplète, car tous les effets de sevrage ne sont pas recensés; de plus, les connaissances évoluent rapidement dans ce domaine. Une personne peut n’avoir aucun symptôme de sevrage ou en ressentir un seul, quelques-uns ou même beaucoup. Le parcours de réduction de médicaments est spécifique à chaque personne, tout comme chaque démarche est unique. Par exemple, une personne peut entreprendre à deux reprises de réduire le même médicament à la même dose et les effets seront différents. La réduction graduelle, comme enlever 10  % de la dose par semaine/mois, réduit la fréquence ou l’intensité des symptômes de sevrage et l’incidence des rechutes rapides. Il est très important d’entreprendre cette démarche avec la collaboration de son médecin. Le pharmacien aussi joue un rôle clé et peut fournir des conseils pour contrôler les effets de sevrage pour chaque médicament. La plupart des personnes qui auront des symptômes de sevrage les toléreront sans problème pour la courte durée de ceux-ci.

 

Symptômes de sevrage communs et fréquents pour toutes les classes: anxiété, nervosité, agitation, problèmes de sommeil, plus grand besoin de se reposer, de dormir, irritabilité, fatigue.